jeudi 19 juillet 2018

Berlin: couvertures et avant-garde

Book cover Weimar years
Pendant la période de Weimar, il y a eu une grande expansion de la production de livres à Berlin.

lundi 16 juillet 2018

Parlez-vous Berlinerisch ?



Berlin Dialect


Dans ses mémoires, l’historien britannique Eric Hobsbawm, né en Autriche et résidant quelques années dans le Berlin de Weimar, évoque le dialecte berlinois comme il était parlé dans les années 1930,

vendredi 13 juillet 2018

Eric Hobsbawm, historien et jeune berlinois

Map Berlin 1910


Eric Hobsbawm (1917-2012), un éminent historien britannique, passa une partie de sa jeunesse à Berlin. Voici un extrait de Interesting Times, ses mémoires.

mardi 10 juillet 2018

George Grosz, peintre emblématique du Berlin de Weimar

Artist George Grosz

Virtuose, précis, désabusé, rageur, douloureusement hilarant. le crayon de George Grosz, né et mort à Berlin, la ville qu’il a tant dépeigné (1893-1959) nous étonne encore par sa modernité, cent ans après ses débuts.

samedi 7 juillet 2018

Encore l'amour...

Babylon Berlin S02E04

Babylon-Berlin, une série TV que Canal Plus se dispose à diffuser. Épisode 4 de la saison 2: un après-midi pluvieux dans un Berlin gris. Parce que Berlin, toujours fiévreux, toujours trépidant, a aussi ses moments de mélancolie.

mercredi 4 juillet 2018

Amour et technique

Dans le tout premier chapitre de l’excellente série télé Babylon Berlin qui sera diffusée en France bientôt, il y a une scène entre Charlotte Ritter (l’une des personnages principaux) et sa petite sœur.

dimanche 1 juillet 2018

Christian Schad, portraitiste du Berlin des années 1920

Artiste Christian Schad
Portrait du comte St-Genois d'Anneaucourt, 1927


Il y a des images qu’on retrouve tout le temps lorsqu' il s’agit d’illustrer le Berlin des années 1920, la République de Weimar.

mercredi 27 juin 2018

Leo Monosson, crooner de la République de Weimar

Singer Leo Monosson

L’ immensément populaire Leo Monosson est né en 1897 à Moscou, dans une famille aisée. Il a achevé sa scolarité en Russie et a songé pendant un certain temps à une carrière littéraire. Il publie même un livre de poésie en 1918. Il part ensuite pour Varsovie, Paris et Vienne, où il étudie la musique et le chant avant de s'installer à Berlin en 1923.

dimanche 24 juin 2018

Lotte Laserstein, peintre germano-suédoise

Lotte Laserstein

Lotte Laserstein est née en 1898 dans une petite ville de la Prusse Orientale, aujourd’hui partie de la Pologne. Lorsqu'en 1927, elle fut la première femme à terminer ses études à l'Académie de Berlin, on lui avait prédit une belle carrière d'artiste. C'était sans compter sur le national-socialisme. En effet, les nazis décideront que, ses origines étant en partie juives, elle serait bannie de la vie publique.

lundi 18 juin 2018

Gustav Wunderwald, peintre des quartiers ouvriers



Gustav Wunderwald

Le Berlin des années 1920 est souvent associé à l'excès et à la décadence, mais c'est un côté tout à fait différent de la ville qui intéressait le peintre Gustav Wunderwald (1882-1945).

vendredi 15 juin 2018

Max Beckmann


Max Beckmann, né à Leipzig en 1884 et mort à New-York en 1950, a vécu à Berlin pendant plusieurs années, avant de s’exiler en 1937.

mardi 12 juin 2018

Lisbet Juel, talentueuse illustratrice

Lisbet Juel - Ulk

La désinatrice Lisbet Juel était une collaboratrice reguliere de Ulk, un supplement hebdomadaire du quotidien social-démocrate Berliner Tageblatt, de la maison d’édition Mosse.

samedi 9 juin 2018

Le cuirassé Potemkine, un succès berlinois

Potemkin film poster in German

Le cuirassé Potemkine, de 1925, est l'un des films les plus célèbres de l'histoire du cinéma. Ce n'est pas un film allemand, mais Berlin a joué un rôle majeur dans son succès commercial dans le monde.

mercredi 6 juin 2018

dimanche 3 juin 2018

Rudolf Schlichter, ami de Grosz et de Brecht

Dada Roof Studio (1922?)

Rudolf Schlichter (1890-1955), considéré comme appartenant à la tendance Neue Sachlichkeit (Nouvelle Objectivité), est moins connu que ses contemporains George Grosz et Otto Dix.


jeudi 31 mai 2018

Cabaret des Sans nom (III)

Cabaret Berlin 1930

Erich Kästner, en marge de son article de 1929, a laissé encore une description du Cabaret des Sans nom, cette fois dans son roman Fabian, de 1931.

mercredi 23 mai 2018

Berlin et Vienne. Vienne et Berlin

Vienne 1920
Vienne dans les années 20



Les deux villes les plus peuplées de l'espace germanique, mais aussi les plus importantes en ce qui concerne l’art et les sciences, sans nier l’importance de Munich, de Hambourg, de Francfort.

samedi 19 mai 2018

Coup d'état au théâtre de Bertolt Brecht

Babylon Berlin S01 E05



Babylon Berlin, lasérie TV allemande à succès basée sur les romans de Volker Kutscher, bientôt difussée en France sur Canal Plus, est une excellente introduction au Berlin de l’époque Weimar. Non pas que chaque détail de la série est historiquement exact. Mais l'atmosphère générale paraît authentique.

mercredi 16 mai 2018

Berlin, capitale de toutes les Allemagnes


Allemagne 1700
Allemagne, XVIII siècle
Si l’on compare une carte de France de, mettons, 1700, avec une carte actuelle, les différences ne sont pas énormes. Il peut manquer quelques territoires à l’Est, la Savoie, ou l’Alsace, mais grosso modo l’Hexagone était déjà ce qu’il est. La même chose vaut pour l’Angleterre et l’Espagne.

dimanche 13 mai 2018

Un guide de Berlin

Guide to Berlin 1931 - Cover
La couverture originale de 1931


Supposons que, par un miracle qui vous permettrait de franchir la barrière du temps, vous vous retrouviez sur la Kurfürstendamm, au cœur de Berlin, pas le Berlin aujourd'hui, mais celui de 1931. Quelle serait la première chose que vous feriez?

jeudi 10 mai 2018

Berlin, la cité des millions

Berlin 1925

Si vous êtes un de ceux qui ont analysé Berlin-Symphonie d’une grande ville en slow-motion, s'attardant sur chaque détail des terrasses de l'Unter den Linden, sur tous les modèles de voitures de la Potsdamer Platz, toutes les élégantes foulant les trottoirs de la Kurfürstendamm, alors j'ai de bonnes nouvelles pour vous: il y a encore un trésor de documentation graphique sur le Berlin des années 1920!

lundi 7 mai 2018

Le temple du cinéma dans le coeur de Berlin-Ouest

UFA Palast in Berlin 1920's

De nos jours, aller au cinéma est une expérience complètement différente de celle des années 20. Des ouvreurs en uniforme, des orchestres de 80 musiciens, des salles richement décorés. Manhattan arborait des haut lieux comme Capitol et Roxy, mais Berlin avait aussi ses cinémas de luxe.

vendredi 4 mai 2018

Hollywood à Berlin

Film allemand MmeDubarry

Quand on dit « cinéma allemand de l’entre deux guerres », à quoi pense-t-on ? Des chefs d’œuvre du cinéma expressionniste comme Caligari et Nosferatu, et toute une série d’autres grands films comme Métropolis, Le dernier des hommes, M le maudit, Berlin Alexanderplatz. Pabst, Lang, Murnau.



Mais que sait-on des aspects bassement matériaux de ce cinéma ? De ses conditions économiques et perspectives commerciales ?

mardi 1 mai 2018

La revue à Berlin

Berlin revue 1925


"Des troupes comme les Tiller Girls se produisirent dans des revues très élaborées, sous les applaudissements d’intellectuels berlinois qui, dans la synchronicité et l'exactitude des energiques mouvements, voyaient un symbole adéquat du processus industriel.

samedi 28 avril 2018

Die Weltbühne


Die Weltbühne (La scène mondiale) était un hebdomadaire axé sur l'art et la politique. Il a été fondé à Berlin en 1905 par Siegfried Jacobsohn et était à l'origine un magazine de théâtre sous le titre Die Schaubühne (La scène théâtrale). Après la mort de Jacobsohn en 1926, Kurt Tucholsky reprend la direction de la publication, qu'il remet à son tour à Carl von Ossietzky en mai 1927. Les nazis l'interdisent après l'incendie du Reichstag et son dernier numéro paraît en mars 1933. En exil, le magazine est publié sous le titre Die neue Weltbühne ("La nouvelle scène mondiale").

mercredi 25 avril 2018

Le cabaret des sans nom

Kabarett der Namenlosen Berlin

Le célèbre cabaret berlinois n'est qu'un bon souvenir. Nous pouvons voir des séquences de films, écouter des disques, mais c'est à peu près tout. Néanmoins, il y a dans la capitale allemande d'aujourd'hui, quelque chose appelé Kabarett der Namenlosen

samedi 21 avril 2018

Der Querschnitt, un magazine intellectuel

  "Der Querschnitt" (La Coupe Transversale) est considéré comme le magazine illustré le plus intellectuellement sophistiqué des années 1920. Le galeriste et collectionneur d'art Alfred Flechtheim a commencé à publier le magazine en 1921, d'abord comme un bulletin pour sa nouvelle galerie. En 1924, Hermann von Wedderkop prend la direction éditoriale d'Ullstein et "Querschnitt" s'impose rapidement comme un magazine moderne destiné à une élite intéressée par les sujets culturels.

mardi 17 avril 2018

Le mensuel Uhu

German magazine Uhu
Couverture par Walter Trier, l'illustrateur de "Emile et les detectives", de Erich Kästner

samedi 14 avril 2018

Anita Berber

Dancer Anita Berber - Berlin 1920s

Née à Leipzig en 1899 d'un violoniste et d'une actrice et chanteuse en herbe, Anita Berber fut élevée principalement par sa grand-mère à Dresde. À 16 ans, elle s'installe à Berlin et fait ses débuts en tant que danseuse de cabaret. En 1918, elle travaillait dans le cinéma, et elle a commencé à danser nue en 1919. Scandaleusement androgyne, elle portait un lourd maquillage.

mercredi 11 avril 2018

Les Russes à Berlin

Il y a beaucoup à dire sur les Russes à Berlin. Dans les années 1920, ils étaient probablement le plus grand groupe d'immigrants. La plupart d'entre eux étaient des réfugiés de la révolution bolchevique et de la guerre civile et de la terreur qui s'ensuivirent. Certains sont devenus célèbres, comme l'écrivain Vladimir Nabokov. Il y avait tellement de Russes à Berlin que le district de Charlottenburg fut connu sous le nom de Charlottengrad ...

vendredi 6 avril 2018

Le Moka Efti dans la littérature allemande

Berlin night club 1930
Le Moka Efti, tel qu’il apparaît dans la série télévisée Babylon Berlin, est un restaurant avec piste de danse et orchestre. Mais au sous-sol, c'est une autre profession, très ancienne, qui est exercée. Les invités se déplacent librement entre les deux niveaux, au moins ceux approuvés par la «madame» qui contrôle l’entrée au sous sol.

lundi 2 avril 2018

Le Mai sanglant de Berlin

Affiche communiste allemand 1929
Add caption
Le 1er mai 1929 est connu comme Blutmai («Mai sanglant») dans l'histoire de Berlin. Ce jour-là, des manifestations communistes à Berlin ont mené à plusieurs jours de combats de rue.

Déjà en novembre 1928, Adolf Hitler avait prononcé un discours à Berlin (au Sportpalast) après de nombreuses années d'interdiction dans la capitale.

mercredi 28 mars 2018

Berlin Cabaret - Un film sans Liza Minnelli


Berlin Cabaret - Die Wilde Bühne-Fabienne Rousso-Lenoir

Berlin Cabaret - Die Wilde Bühne Un film de Fabienne Rousso-Lenoir.

Le monde du cabaret berlinois de 1919 et 1933 était l'un des phénomènes culturels les plus fascinants de la République de Weimar. Il résume l’esprit des Années Folles et reflète l'histoire avec des moyens audacieux et novateurs. Des années du boom en passant par la période de la dépression et l'inflation pour finir avec la prise du pouvoir par les nazis.

Un film fascinant. Et la bonne nouvelle est que vous pouvez le voir et le juger par vous mêmes grâce au miracle d'Internet !

Cliquez ici pour voir le film de Fabienne Rousso-Lenoir sur Vimeo :

https://vimeo.com/81314874

lundi 26 mars 2018

Hotel Adlon

Hotel Adlon Berlin

Si vous étiez un berlinois en 1925, comment diriez-vous Waldorf Astoria en allemand? Comment diriez-vous Claridge ou Hotel Ritz? Comment traduire Hotel Astoria-Saint-Pétersbourg, ou Hotel Imperial-Vienne, en dialecte berlinois? Vous diriez juste : «Adlon».

dimanche 25 mars 2018

La prostitution à Berlin

Louise Brooks. Journal d'une fille perdue. 1929
Louise Brooks dans Le journal d'une fille perdue. 1929
Après la Première Guerre mondiale, la prostitution est devenue plus commune à Berlin. Les soldats au front avaient contracté des maladies vénériennes, de sorte que l'armée allemande a répondu en faisant inspecter des bordels par leurs propres médecins. Les soldats ont ensuite reçu des coupons pour ces établissements. Les soldats retournant à Berlin à la fin de la guerre avaient une attitude différente de celle qu’ils avaient auparavant à l'égard du sexe. La prostitution était encore désapprouvée par les gens respectables, mais elle s'est finalement implantée solidement dans l'économie souterraine et la culture de la ville. D’abord les femmes sans autre moyen de subsistance se sont tournées vers le commerce, puis les jeunes des deux sexes.

vendredi 23 mars 2018

La Maison Vaterland à Berlin


Haus Vaterland Berlin
L'établissement berlinois appelé Haus Vaterland n'avait rien à voir avec des quelconques sentiments patriotiques. De 1928 à 1943, c'était un grand restaurant et centre de divertissement sur la Potsdamer Platz avec environ un million de visiteurs par an.

mardi 20 mars 2018

Le Moka Efti à Berlin

Moka Efti Babylon Berlin
Le Moka Efti de la série TV
Dans la série télévisée allemande à succès Babylon Berlin, une grande partie de l'action se déroule dans une boîte de nuit appelée Moka Efti. On chercherait en vain un tel endroit dans le Berlin d’aujourd'hui. Mais il a bien existé ! Moka Efti était un café dans le coin Leipziger Strasse / Friedrichstrasse. Il été nommé d'après son propriétaire grec-italien, appelé Eftimiades. Plus tard, il acheta un local plus grand, de deux étages, sur la Friedrichstrasse.

vendredi 16 mars 2018

Babylon Berlin



Babylon Berlin est une série télévisée allemande basée sur des romans policiers de Volker Kutscher. L’action est située à Berlin 1929, sous la République de Weimar. Le personnage principal est l'inspecteur de police Gereon Rath, qui vient d’être transféré de Cologne à Berlin.

mardi 13 mars 2018

Erich Kästner, écrivain à succès des années Weimar

Emile et les detectives


L’écrivain allemand Erich Kästner est né en 1899 à Dresde et mort en 1974 à Munich. Il est connu pour sa poésie critique pleine d’humour, et aimé pour ses livres destinés à la jeunesse. Ses œuvres ont été traduites dans plusieurs langues - particulièrement son roman pour la jeunesse Émile et les Détectives (1929).

samedi 10 mars 2018

Presse berlinoise: pas que des tabloïds




Vossische Zeitung (1918) et Volks-Zeitung (1930)

Déjà avant 1914, trois maisons d'édition s'étaient implantées solidement sur le marché de Berlin: Mosse et Ullstein, côté libéral, et Scherl, extrêmement conservateur, avec l’industriel Alfred Hugenberg comme propriétaire.

mercredi 7 mars 2018

Willi Münzenberg, génie de la propagande


Portrait Willi Munzenberg

Willi Münzenberg, militant communiste allemand


 a été appelé « propagandiste de génie », « talent journalistique inégalé » et « millionnaire rouge ». À Berlin, il a créé et dirigé « Die Welt am Abend », le tabloïd communiste le plus lu d’Allemagne, sinon du monde. Mais son talent entrepreneurial ne s’arrêtait pas là : il a crée un réseau (le « Trust Münzenberg ») qui couvrait le monde de la presse, du cinéma, du théâtre, des associations humanitaires, depuis l’Europe Occidentale jusqu'au Japon.

mardi 6 mars 2018

Les "mietskaserne" à Berlin



La cour d'une mietskaserne à Berlin
Après l'unification de l'Allemagne en 1871, Berlin est devenue une métropole industrielle et internationale en quelques décennies, après n'avoir été qu'une ville de province, même si elle était la capitale des rois de Prusse. Sa population
augmentait à un rythme vertigineux, ce qui accentuait le besoin d’un développement résidentiel urbain. L'urbanisme étant relativement peu réglementé et le motif principal étant la maximisation des bénéfices tirés des revenus locatifs, les résultats ont été les mietskaserne, les «casernes locatives» qui dominerent rapidement le logement urbain à Berlin.

jeudi 1 mars 2018

Jeanne Mammen, chroniqueuse de Berlin

Jeanne Mammen - Romanisches Café- Berlin - 1930
Romanisches Café

Le nom de Jeanne Mammen n'est pas très connu, sauf chez les amateurs d'art. Pourtant, sa production était riche et variée.

lundi 26 février 2018

Berlin, deux fois capitale




 



















De nos jours, l’Allemagne est divisée en une quinzaine d’états autonomes, c’est bien pour ça qu’on l’appelle « République Fédérale ». Cette autonomie des régions date du Saint Empire Germanique, où l’empereur n’exerçait qu’une autorité largement nominale sur les unités territoriales qui composaient son empire. Et nous avons tous vu des cartes de l’Allemagne avant 1871 avec son puzzle inextricable de duchés, principautés et mini-royaumes qui paraît directement extrait de l’époque féodale.


Le Reich Allemand fondé par Guillaume I à Versailles, était au fait plus une fédération qu’un Empire, les états le constituant demeurant des entités largement autonomes. Et cette situation se maintient sous la République de Weimar. Au fait, ce n’est que sous Hitler que l’Allemagne a été un état centralisé.


Quand on regarde une carte de la RFA, on constate que tous les états, ou länder, ont des superficies comparables. Mais si on se penche sur une carte de la République de Weimar, on voit qu’elle était constituée d’un colosse d’un coté (la Prusse) et d’une vingtaine d’états qui se distribuaient le territoire restant de l’autre. En effet, la Prusse représentait 60 % du territoire ainsi que de la population du Reich.


Quand je lisait dans les livres d’histoire que Hermann Göring avait été nommé ministre de l’intérieur de la Prusse par Hitler, je ne comprenait pas qu’il se contente de régenter une simple région. Mais en 1933 la Prusse n’était pas une région quelconque ; la contrôler était contrôler l’Allemagne.


Berlin était donc doublement capitale : de la République de Weimar et de l’État Libre de Prusse. La résidence du président de la République était à la Wilhelmsstrasse 73 et le chancelier du Reich recevait au numéro 77. Et où siégeait donc ce personnage d’importance centrale qui était le chancelier de l’État libre de Prusse ? Au 63 de la même rue. La Wilhelmsstrasse, qui hébergeait également le Ministère des Affaires Étrangères, était vraiment le cœur de l’État allemand. De nos jours, elle a perdu ses institutions le plus emblématiques mais elle reste l’adresse de quelques ministères et ambassades étrangères (dont celle du Royaume Uni). La chancelière fédérale travaille dans un bâtiment tout nouveau a quelques centaines de mètres du Parlement (qui avant s’appelait Reichstag et maintenant Bundestag).


Et qu’est-il advenu du fier État Libre de Prusse ? Si on compare les deux cartes ci-dessus, on constate que son territoire a été reparti entre une demi douzaine de Länder, dont Rhénanie-du-Nord-Westphalie, Bremen-Niedersachsen, Berlin-Brandenburg et Saxe-Anhalt.


Petite histoire


Lors de la constitution de la République de Weimar, le gouvernement envisagea sérieusement de diviser la Prusse en petits États, mais le sentiment traditionaliste finit par prévaloir et la Prusse devint de loin le plus grand État de la République. Avec la démocratisation du scrutin, il devint un bastion de la gauche. L'incorporation du «Berlin rouge» et de la région industrialisée de la Ruhr - toutes deux avec des majorités de la classe ouvrière - assurait une domination de sociaux-démocrates et communistes.


De 1919 à 1932, la Prusse fut gouvernée par une coalition de sociaux-démocrates, de catholiques et de libéraux. Contrairement à d'autres États du Reich, la majorité des partis démocratiques n' y a jamais été sérieusement menacée, même si le parti nazi devint de plus en plus important vers 1930.


Otto Braun, qui fut ministre-président prussien (Premier ministre) presque sans interruption de 1920 à 1932, est considéré comme l'un des sociaux-démocrates les plus capables de l'histoire. En collaboration avec son ministre de l'Intérieur, Carl Severing, il mit en œuvre plusieurs réformes novatrices, qui serviront également de modèles pour la RFA. Beaucoup d'historiens considèrent le gouvernement prussien pendant cette période comme beaucoup plus réussi que celui de l'Allemagne dans son ensemble.


Contrairement à l’autoritarisme par lequel elle était connue avant-guerre, la Prusse était un pilier de la démocratie dans la République. Ce système a été détruit par le Preußenschlag («coup d'État prussien») du chancelier du Reich Franz von Papen. Dans ce coup d’État, le gouvernement du Reich déposa le gouvernement prussien le 20 juillet 1932, sous prétexte que ce dernier avait perdu le contrôle de l'ordre public en Prusse et en utilisant des preuves fabriquées que les sociaux-démocrates et les communistes envisageaient un putsch commun.


Après la nomination de Hitler comme chancelier, les nazis ont profité de l'absence de von Papen pour nommer Hermann Göring au ministère prussien de l'Intérieur.

vendredi 23 février 2018

La nouvelle femme à Berlin

Magazine Berliner Illustrirte Zeitung 1926


La "nouvelle femme" était le symbole le plus célèbre de la révolution sexuelle des années 1920. Elle avait les cheveux courts, le célèbre Bubikopf; elle était mince, athlétique, érotique et amaternelle. Elle fumait et portait parfois des vêtements d'hommes. Elle sortait seule, faisait l'amour comme elle voulait. Elle travaillait, typiquement dans un bureau ou dans les arts, et vivait pour aujourd'hui et pour elle-même, comme Elsa Herrmann l’a écrit dans son livre, So is die neue Frau (C'est la nouvelle femme), consacré au sujet. La femme d'hier vivait pour son mari et ses enfants et se sacrifiait pour la famille. La nouvelle femme croit en l'égalité des droits et s'efforce d'être autonome sur le plan économique. La guerre, déclara Herrmann, n'apporta pas de gains substantiels aux femmes, mais elle "les éveilla". . . de leur léthargie et leur confia la responsabilité de leur propre sort. "


C'était, bien sûr, une image idéalisée que peu de femmes allemandes, même à Berlin, vivaient réellement. Peu de femmes pouvaient atteindre le glamour hollywoodien ou l'indépendance financière. En 1925, environ un tiers de toutes les femmes travaillaient hors du foyer, la grande majorité dans des usines et avec des emplois de bureau à bas salaire. La nouvelle femme était en grande partie une image de classe, de femmes de classe moyenne et supérieure qui avaient l'indépendance et les moyens de poursuivre leurs intérêts et leurs désirs.


Pour la plus grand partie des femmes, l'éclat et la lueur de la bonne vie étaient très éloignés. Bien que lié à la classe dans ses origines, comme un style et un objectif, l'image de la nouvelle femme a coulé dans la hiérarchie sociale et à travers le pays, même dans les milieux ruraux. Les communistes faisaient la promotion de leur propre version, la femme aux cheveux courts et mince, mais plus sobre, moins érotique, et, bien sûr, engagé dans la cause prolétarienne. Aussi dur que leur vie était, au moins quelques femmes d'usine ont montré une indépendance et un activisme qui représentait une version ouvrière de la nouvelle femme.
...
L'image de la nouvelle femme - bien que limitée dans la vie réelle - provoqua une vague de commentaires, certains de soutien, d'autres de haine. La notion même que les femmes pourraient déterminer leur propre vie, décider de ne pas se marier ou choisir d'avoir une variété de partenaires sexuels, et pas tous des hommes, l'affichage du désir féminin sur l'écran du cinéma et dans des romans populaires et même en fiction sérieuse -tout cela a frappé quelque chose de très profond chez les hommes et les femmes. Comme tous les autres points de conflit dans les années 1920 et au début des années 1930, les disputes sur la nouvelle femme concernaient aussi la république, considérée soit comme la source de l'émancipation féminine, soit comme la source de l'immoralité. Les discussions et les commentaires souvent amers sur l'évolution du statut des femmes faisaient rage dans tous les lieux publics, dans les colonnes des journaux et les magazines illustrés, à la radio, dans les églises et dans les couloirs du pouvoir. La large expansion de la sphère publique dans les années 1920 et au début des années 1930, provoquée par la démocratisation et les nouveaux médias, rendit le conflit sur la nouvelle femme encore plus visible et plus âpre.

Eric D. Weitz, professeur d'histoire à l'Université du Minnesota, a écrit un beau livre sur l'Allemagne de Weimar. À ma connaissance, le livre n'a pas encore été traduit au francais, le passage cité est de ma propre traduction.


Lien pour le livre (en anglais) du professeur Weitz sur Amazon

Berlin: couvertures et avant-garde

Pendant la période de Weimar, il y a eu une grande expansion de la production de livres à Berlin.