Saturday, 21 October 2017

Le Berlin juif dans les années Weimar

berlin synagogue fasanenstrasse 1916
La synagogue de la Fasanenstrasse en 1916

Dans les années 1920, le yiddish était plus qu'une lingua franca pour les émigrés juifs d'Europe de l'Est; C'était aussi un langage de haute culture, comme en témoigne un nouveau livre édité par les professeurs Gennady Estraikh et Mikhail Krutikov.

«Yiddish in Weimar Berlin» décrit des scènes de rue dans la ironiquement nommée «Suisse juive», un bidonville au nord-est de l'Alexanderplatz, qui accueillait les arrivées de Pologne. Bien que misérable, dans le quartier on présentait des spectacles théâtraux tandis que les écrivains yiddish se regroupaient au Romanisches Café, surnommé le Rakhmonisches (Peine) Café par ses habitués à cause de sa «mauvaise cuisine et son intérieur délabré».

(Mon commentaire: La zone mentionnée doit être le Scheunenviertel, mais le café ironiquement appelé Rakhmonisches peut difficilement avoir été le Romanisches lui-même, qui se trouvait dans un tout autre quartier et dont l'intérieur n'était pas vraiment délabré. Ça a dû être un café moins prestigieux du Scheunenviertel appelé Rakhmonisches comme un jeu de mot et par dérision.)
......

Un autre chapitre de «Yiddish in Weimar Berlin» explore comment, en 1921, Abraham Cahan décida que Berlin était «en quelque sorte la ville la plus importante du monde» pour les Juifs et recruta du personnel pour un grand bureau du journal Forverts. Jacob Lestschinsky, spécialiste de la sociologie et de la démographie juive d'origine ukrainienne, a été embauché comme chef de bureau.

Bien que Lestschinsky soit arrêté à plusieurs reprises pour ses reportages courageux sur les pogroms antisémites de Berlin, ses rapports justes ont été écartés par des juifs comme Alfred Döblin et Asch, qui ont diagnostiqué les réactions exagérées d'un journaliste d'Europe de l'Est. "

En 1933, le bureau de Berlin Forverts a été dissous par l'exil ou la déportation. Pourtant, tout au long de la guerre, Forverts avait un abonné à Berlin, Johannes Pohl, un spécialiste judaïque de la Bibliothèque d'État prussienne dont les connaissances aidèrent les nazis à piller les bibliothèques juives dans toute l'Europe occupée par les Allemands.


D'un article du journal américain Forward

http://forward.com/schmooze/129788/cafe-culture-in-weimar-berlin/

No comments:

Post a Comment

Berlin des années 20, un jeu de rôle dans Second Life

By Jo Yardley - Own work, CC BY-SA 4.0,  https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=50383403 Le projet Berlin 1920s est une ...