dimanche 12 novembre 2017

Walter Benjamin, un berlinois pas comme les autres


Walter Benjamin
Walter Benjamin (1892-1940)

Quand on pense au Berlin des années vingt, au Berlin qui a survécu à la défaite allemande dans la Grande Guerre et qui n’a pas encore connu le cauchemar hitlérien, on pense le plus souvent aux cabarets, aux théâtres de revues, bref, à la vie nocturne de ces années.

On pense aussi à l’art, et alors en premier lieu à des peintres comme George Grosz, avec ses portraits impitoyables, ainsi qu’à Otto Dix. À la littérature peut-être : Alfred Döblin, Bertolt Brecht.

Mais on pense plus rarement, peut-être, à la vie intellectuelle de la capitale allemande. Et pourtant, il y a tant à dire à ce sujet. Il y a eu Hannah Arendt, Gershom Scholem, Georg Lukács, Theodor Adorno. Et Walter Benjamin, critique littéraire et philosophe.

Benjamin est né à Berlin en 1892. Un berlinois donc, mais un berlinois universel, qui a passé de longues parties de sa vie en Suisse, en France, en Italie, en Espagne, en Israël.

Benjamin a écrit un livre autobiographique  sur son enfance à Berlin, mais j’ai du mal par ailleurs a trouver des témoignages sur sa vie berlinoise. Il y a par contre de nombreux textes de lui sur Paris, sur ses passages couverts, sur Charles Baudelaire.

Benjamin a connu une mort tragique en 1940 en essayant d’échapper aux nazis. C’est dans la ville frontalière espagnole de Port Bou qu’il a fini ses jours. Il y a un très beau monument dédié à sa mémoire dans cette ville catalane.

Voici le lien d’une émission d’Arte sur Walter Benjamin :


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Assassinat politiques dans la période Weimar

     La série de TV Babylon Berlin peut être une bonne source d'informations sur la République de Weimar. Tout au moins elle peut...