Friday, 1 December 2017

La misère à Berlin

Queue devant magasin d'alimentation à Berlin vers 1920
Queue pour acheter du beurre et d'autres produits laitiers

Un extrait de "Adieu à Berlin", de Christopher Isherwood.

C'est sur certaines parties de ce roman que le film Cabaret, avec Liza Minelli, est basé.

« Herr Krampf, un jeune ingénieur, un de mes élèves, décrit son enfance pendant les jours de la guerre et de l'inflation. Pendant les dernières années de la guerre, les lanières ont disparu des vitres des wagons de chemin de fer: on les avait coupées pour vendre le cuir. Om a même vu des hommes et des femmes se promener dans des vêtements fabriqués à partir de la sellerie. Un soir, des amis de l'école de Krampf ont firent irruption dans une usine et volerent toutes les courroies de cuir. Tout le monde volait. Tout le monde vendait ce qu'ils avaient à vendre - eux-mêmes inclus. Un garçon de quatorze ans, de la classe de Krampfs, colportait de la cocaïne dans les rues entre les heures d'école.

Les fermiers et les bouchers étaient omnipotents. Leur moindre caprice devait être satistfait, si on voulait des légumes ou de la viande. La famille Krampf connaissait un boucher dans un petit village, qui avait toujours de la viande à vendre. Mais le boucher avait une perversion sexuelle particulière. Son plus grand plaisir érotique était de pincer et de gifler les joues d'une fille ou d'une femme sensible et bien élevée. La possibilité d'humilier ainsi une dame comme Frau Krampf l'excitait énormément: à moins de pouvoir réaliser son fantasme, il refusait absolument de faire des affaires. Ainsi, tous les dimanches, la mère de Krampf se rendait au village avec ses enfants et, patiemment, lui offrait des joues à gifler et à pincer, en échange de côtelettes ou d'un steak. »


On se demande si cette réalité sociale cocasse mais surtout brutale et tragique n’a pas eu sa part dans la « démoralisation » de la société berlinoise dans les années 20. L’apparition du « swinging » Berlin, avec sa liberté sexuelle, était-elle liée au besoin pour des nombreuses femmes (et hommes) de se prostituer pendant la guerre et l'époque de l'inflation ? Ça a peut-être « dédramatisé » le sexe monnayé, voire  le sexe tout court ?


Un billet de 100 billions marks. Combien de zéros?


No comments:

Post a Comment

Berlin des années 20, un jeu de rôle dans Second Life

By Jo Yardley - Own work, CC BY-SA 4.0,  https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=50383403 Le projet Berlin 1920s est une ...