mardi 20 mars 2018

Le Moka Efti à Berlin

Moka Efti Babylon Berlin
Le Moka Efti de la série TV
Dans la série télévisée allemande à succès Babylon Berlin, une grande partie de l'action se déroule dans une boîte de nuit appelée Moka Efti. On chercherait en vain un tel endroit dans le Berlin d’aujourd'hui. Mais il a bien existé ! Moka Efti était un café dans le coin Leipziger Strasse / Friedrichstrasse. Il été nommé d'après son propriétaire grec-italien, appelé Eftimiades. Plus tard, il acheta un local plus grand, de deux étages, sur la Friedrichstrasse.

Le décor de l'endroit original était plus effréné que ce dont l'imagination des producteurs de télévision a été capable. Un ascenseur emmenait les visiteurs du rez-de-chaussée au premier étage - une invention technique si nouvelle que de nombreux Berlinois visitaient Moka Efti simplement pour faire le trajet.

Dans la série télévisée, le super club berlinois a un design futuriste avec des murs dépouillés et des tours de lumière géométriques. L'architecture moderne étant à la mode dans l’Allemagne de Weimar, cela ne semble pas particulièrement déplacé ou anachronique. Cependant, le décor du vieux Moka Efti était tout sauf moderniste : arches mauresques, peintures panoramiques et salons turcs et égyptiens. Une orgie d’exotisme, autrement dit.


Moka Efti Salon Turque
Salon turque
Il y avait également une salle de billard, un salon de coiffure et une salle de correspondance remplie de dactylographes prêts à prendre la dictée. Un local de pâtisserie en marbre blanc était reliée à un bar par un couloir conçu pour ressembler à un train-couchette sur l'Orient Express.

Avec la Haus Vaterland sur Potsdamerplatz, où des trains et des avions miniatures circulaient parmi les buveurs de café, Moka Efti était l'un des établissements thématiques les plus en vue offrant des divertissements exotiques. Mais, contrairement à la série, il n'y avait pas de bordel dans le sous-sol. L’idée des auteurs de la série n'est pourtant guère tiré par les cheveux: un certain nombre de dancings étaient aussi des marchés pour la prostitution. Et il n'y avait pas que des femmes qui offraient des escort-services : le réalisateur Billy Wilder aurait travaillé comme «taxi-dancer» dans un hôtel de Berlin en 1926. Si jamais c’est vrai, cela ne veut pas dire que son travail incluait les services sexuels.


Davantage sur l'histoire du Moka Efti dans The Guardian, 24 novembre 2017, un article de Philip Oltermann.






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pas que Dix et Grosz.

Quand on pense aux peintres de l'époque Weimar, on pense généralement à Grosz, à Dix, à Macke. Mais il y avait des myriades d...