Monday, 2 April 2018

Le Mai sanglant de Berlin

Affiche communiste allemand 1929
Add caption
Le 1er mai 1929 est connu comme Blutmai («Mai sanglant») dans l'histoire de Berlin. Ce jour-là, des manifestations communistes à Berlin ont mené à plusieurs jours de combats de rue.

Déjà en novembre 1928, Adolf Hitler avait prononcé un discours à Berlin (au Sportpalast) après de nombreuses années d'interdiction dans la capitale.
Cela a conduit à de l'agitation politique et finalement le chef de la police Karl Zörgiebel (un social-démocrate) interdit toutes les manifestations en plein air à Berlin, y compris celles traditionnelles du 1er Mai. Les sociaux-démocrates (SPD) ont respectérent l'interdiction et tinrent la leur à l'intérieur (au Sportpalast, llieu habituel de meetings politiques). Le vice-chef de la police était Bernhard Weiss (voir lien).


Mais le KPD (Parti communiste) a contesté l'interdiction. Des milliers de personnes déferlèrent sur le centre-ville, principalement des banlieues populaires de Wedding et Neukölln. Dans les jours qui suivirent, entre 15 et 30 civils furent tués par la violente intervention de la police.


Scene Babylon Berlin TV S01 E04
Le Mai sanglant dans la série Babylon Berlin

Scene Babylon Berlin TV S01 E04
Babylon Berlin,S01 E04
































Les communistes saluèrent les événements comme un exploit héroïque, dans lequel des leçons avaient été apprises pour la «lutte finale» à venir; le SPD salua une victoire décisive sur l'agression bolchevique. Les libéraux étaient préoccupés par la sévérité de l'action de la police; Les nazis étaient satisfaits, voyant les préliminaires de la désintégration de toute stabilité sociale et politique. Surtout, les événements dramatiques de mai ont renforcé la tension dans la République de Weimar ce qui explique en partie l'effondrement final de 1933.


Les combats sanglants entre les communistes et la police avaient été monnaie courante dans les années 1920. Et la police était la plupart du temps aux ordres des sociaux-démocrates. Le pire épisode fut celui de la semaine sanglante de janvier 1919, où une tentative communiste (ou spartakiste, comme ils s’appelaient encore) de s'emparer du pouvoir à Berlin fut combattue par la police mais aussi par des forces paramilitaires. Au cours de cette semaine, Karl Liebknecht et Rosa Luxemburg ont été assassinés, prétendument par ordre de Gustav Noske, ministre social-démocrate.


Il faut garder cela à l'esprit lorsqu'on analyse les relations entre les deux partis de la gauche allemande, les communistes et les sociaux-démocrates, sous la République de Weimar. Plus tard dans les années 1930, ces deux tendances vont collaborer dans d'autres pays européens, pour former des fronts populaires (France, Espagne, par exemple). Mais en 1929, ils se voyaient comme des ennemis. S'ils s'étaient unis pour combattre les nazis, le Troisième Reich n'aurait peut-être jamais advenu. Mais ils ont préféré se battre les uns contre les autres.

Mai sanglant 1929 Berlin

Il est vrai que tandis que les partis communistes d'aujourd'hui croient au parlementarisme et que leur lutte est essentiellement électorale, dans les années 1920, les organisations staliniennes travaillaient pour une révolution armée. Ils n'étaient pas des alliés faciles pour quiconque et ils n'étaient pas non plus intéressés par des alliances. A leur avis, la société socialiste ne tarderait pas à voir la lumière et ils n'avaient quoi faire des rêves républicains ou démocratiques, tels que la République de Weimar.


On a dit que Weimar était une république sans républicains: ni les communistes ni les nazis n'y croyaient, tous deux voulaient la remplacer par des régimes autoritaires. C'était également le cas de la plupart des partis «civilisés» de droite, qui voulaient rétablir l’Empire et mettre fin à la République. En fait, il n'y avait que trois partis, représentant moins de la moitié de l'électorat, qui défendaient la République: les sociaux-démocrates, les catholiques et les libéraux-centristes (DDP). Assez pour le garder en vie pendant 14 ans, mais pas plus longtemps.

No comments:

Post a Comment

Flâner dans Berlin, capitale de la république de Weimar

"Une promenade dans la ville ...