Wednesday, 16 May 2018

Berlin, capitale de toutes les Allemagnes


Allemagne 1700
Allemagne, XVIII siècle
Si l’on compare une carte de France de, mettons, 1700, avec une carte actuelle, les différences ne sont pas énormes. Il peut manquer quelques territoires à l’Est, la Savoie, ou l’Alsace, mais grosso modo l’Hexagone était déjà ce qu’il est. La même chose vaut pour l’Angleterre et l’Espagne.



Mais le cas de l’Allemagne est très différent. Tout en haut de cette page, une carte des états allemands vers 1700.




Je dis bien « des états allemands » parce que l’Allemagne, dans un sens politique, n’existait pas. Il y avait bien un Saint Empire Germanique (ce que les Allemands appellent leur Premier Reich, Reich voulant dire État ou Empire) , mais il était une sorte de confédération sans un pouvoir central fort, une monnaie commune ou même une capitale. Le territoire qu’aujourd’hui on appelle l’Allemagne était un véritable puzzle de petits états : l’Oldenbourg, Mecklenberg-Strelitz, Schwarzburg-Rudolstadt, Württemberg, Hesse-Kassel, Schaumburg-Lippe. Des principautés, des duchés, des landgraviats, des cités libres, mais aussi quelques royaumes. Quel cauchemar pour les petits écoliers que de devoir dessiner une carte allemande à cette époque là !

Allemagne 1871-1918
Empire Allemand 1871-1918 (Deuxième Reich)

Avec le temps, l'un de ces états, le royaume de Prusse, en bleu sur la carte ci-haut, devint de plus en plus dominant. À l’origine un territoire très excentré, proche de la Lituanie, il s’étend peu à peu vers l’Ouest, jusqu’à englober la ville de Berlin et en faire sa capitale. Plus tard, par le biais de guerres et d’alliances dynastiques, la Prusse acquiert des vastes territoires étendant ses domaines jusqu’au Rhin. Vers 1870, elle est de loin le plus grand des états allemands.



En 1871, Bismarck, vainqueur de l’Empire Français, réalise son rêve : un état allemand unifié sous l’égide de la Prusse, plus precisément de son roi qui devient empereur (Kaiser). Et la capitale prussienne, Berlin, devient simultanément capitale du Deuxième Reich Allemand.



Mais ce qu’une guerre fit, peut être défait par une autre guerre : 1918 amène des modifications de la carte : des territoires à l’Est disparaissent au profit de la Pologne et l’Alsace et la Lorraine reviennent à la France. Par ailleurs, la carte avant et après 1918 ne sont pas si différentes que ça.



Il est intéressant de noter un parallélisme entre les Seconds Empires Français (1852-1870) et Allemand (1871-1918). La guerre contre la Prusse marqua la fin du royaume de Napoléon III, un état économiquement solide et politiquement assez stable. Sans cette guerre Napoléon III aurait pu régner encore quelques années et même léguer le trône à son fils.



Le Reich de 1914 était également un état prospère et en plein essor, le plus puissant du continent peut être. Sans la guerre, qui sait jusqu’où serait allé l’Allemagne ? Mais la guerre eut bien lieu et l’Empire se troqua en République.







Allemagne de Weimar Carte
République de Weimar 1919-1933


Une République où la Prusse était toujours le composant le plus important, non plus un royaume désormais mais un État Libre avec une organisation interne démocratique. Et sa capitale ? Toujours Berlin, qui était également capitale de la République.



Si cette république allemande est connue comme « de Weimar », la raison n’en est pas que la bonne ville de Weimar aurait été sa capitale. Non, si Weimar fut le siège de l’assemblée qui proclama la Constitution, la capitale resta Berlin.



Pendant le cauchemar hitlérien, connu comme Troisième Reich, Berlin, malgré le peu de sympathie dont le nazisme y avait joui, resta le siège du gouvernement. Après 1945, Berlin devint capitale de la RDA communiste, pour devenir en 1990, à nouveau capitale de l’Allemagne réunifiée.



No comments:

Post a Comment

Flâner dans Berlin, capitale de la république de Weimar

"Une promenade dans la ville ...