jeudi 10 mai 2018

Berlin, la cité des millions

Berlin 1925

Si vous êtes un de ceux qui ont analysé Berlin-Symphonie d’une grande ville en slow-motion, s'attardant sur chaque détail des terrasses de l'Unter den Linden, sur tous les modèles de voitures de la Potsdamer Platz, toutes les élégantes foulant les trottoirs de la Kurfürstendamm, alors j'ai de bonnes nouvelles pour vous: il y a encore un trésor de documentation graphique sur le Berlin des années 1920!

"La cité des millions", est un film en partie documentaire réalisé par Adolf Trotz en 1925, deux ans avant la "Symphonie" de Walther Ruttmann. Il plonge dans le Berlin encore paisible du 19ème siècle avec des petites mises en scène en costumes et, en plus de documenter la métropole foisonnante des années 1920, il anticipe la ville en l'an 2000, avec une étonnante séquence d'animation. Voici le lien:


https://www.youtube.com/watch?v=-CEQp7CgEnQ


Adolf Trotz est un personnage mystérieux. Nous savons quand et où il est né (1895 dans ce qui est aujourd'hui la Pologne) mais pas quand il est mort. Ses dernières nouvelles datent de 1937, à Rome.

En plus de documentaires comme La cité des millions, il a produit des longs métrages avec des sujets d'information juridique et sexuelle. Au début de l'ère du film sonore, il a également dirigé Elisabeth d'Autriche et Raspoutine.

La montée au pouvoir des nazis a mis fin à sa production cinématographique dans le Reich allemand. Son film La voie du bon mariage a été interdit en 1936 parce qu'il dépeignait le mariage comme un bonheur individuel, sans parler de «l'instinct racial, du choix du conjoint en accord avec les besoins de l'espèce et de l’arrivée des enfants, condition indispensable de tout bon mariage. "

Il s’est installé en Espagne où il a fait quelques films. Mais à partir de 1937, aucune trace de lui.

Le scénario du film est de Willy Rath (1872-1940), journaliste et cinéaste, et d'Emil Endres. Je ne sais rien sur Endres, sauf qu'il a travaillé dans d'autres films au cours des années 1930, l'un d'eux avec Walther Ruttmann.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pas que Dix et Grosz.

Quand on pense aux peintres de l'époque Weimar, on pense généralement à Grosz, à Dix, à Macke. Mais il y avait des myriades d...