Monday, 7 May 2018

Le temple du cinéma dans le coeur de Berlin-Ouest

UFA Palast in Berlin 1920's

De nos jours, aller au cinéma est une expérience complètement différente de celle des années 20. Des ouvreurs en uniforme, des orchestres de 80 musiciens, des salles richement décorés. Manhattan arborait des haut lieux comme Capitol et Roxy, mais Berlin avait aussi ses cinémas de luxe.


C'était en partie une conséquence de l'influence américaine sur l'industrie cinématographique allemande. UFA, le plus grand producteur de films en Allemagne, avait embauché l'agent américano-européen et imprésario Sam Rachmann pour réorganiser son théâtre principal, UFA-Palast am Zoo.


Son inauguration a eu lieu le 24 septembre 1925. «La redécoration de l'intérieur en violet et or et l'installation de spots multicolores ont créé une ambiance Broadway. Le cinéma rénové a fêté son ouverture avec trois heures de divertissement ininterrompu. »


Le long métrage était une comédie avec Sydney Chaplin (le demi-frère aîné de Charlot): Charley's Aunt. Et le spectacle incluait une compagnie de ballet dirigée par Alexander Oumansky et un orchestre de 75 musiciens sous la direction de Ernö Rappée jouant l'ouverture de Tannhäuser, ainsi que des airs de jazz.


Rappée et Oumansky ont beau être des noms inconnus aujourd'hui; à l'époque ils  n'étaient pas n'importe qui. Seuls les meilleurs et les plus grands étaient assez bons pour l'UFA, ou peut-être pour le flamboyant Sam Rachmann.


Alexander Oumansky (1895-1983) était danseur et chorégraphe d'origine ukrainienne. Il appartenait aux ballets russes de Diaghilev. Il a émigré plus tard aux États-Unis et travaillé avec le corps de danse d'un autre célèbre cinéma, le Capitol de New York, où aussi Ernö Rapée était directeur musical.


Rapée (1891-1945) était un célèbre chef d'orchestre et compositeur qui avait déjà fait carrière aux États-Unis et qui allait devenir chef de l’orchestre du Radio City Hall à New York. Né en Estonie, il a fréquenté l'académie musicale de Budapest. Pendant son séjour à Berlin, il a été invité à diriger l'orchestre philharmonique de Berlin lors d'un concert. Une de ses compositions les plus connues est Charmaine.




Depuis son ouverture en 1919, l'Ufa-Palast am Zoo était le fleuron incontesté de l'UFA. Après le remodelage de Carl Stahl-Urach (l'architecte derrière la HausVaterland) en 1925, il pouvait héberger 2 165 spectateurs. À l'extérieur, il ressemblait à une massive citadelle romane dont la maçonnerie et la tour carrée étaient évocatrices du «patrimoine germanique». L'intérieur brillait tout en rouge et or avec du pourpre sur les planchers et les murs. Des rideaux d'or plissés, éclairés par des dizaines de projecteurs, assuraient un jeu ininterrompu de couleurs fantastiques.
La ventilation était assurée par "un zeppelin électrique qui balayait la maison pendant les périodes d'interruption et arrosait de l'eau de Cologne avec un atomiseur".


Rudi Feld (1896-1994), un artiste et directeur artistique qui allait poursuivre sa carrière à Hollywood, était en charge des opulents «spectacles de scène» précédant les films ainsi que des grandes affichages extérieurs sur la façade du théâtre, différents pour chaque film.


«Les intérieurs bizarres et les représentations théâtrales avaient pour but de mettre les spectateurs dans une ambiance festive, d'attirer leur attention avec tact sur le long métrage et de les rendre réceptifs à son message. Et dans leurs publicités en plein air, avec des images en couleur, des portraits des stars, des lettres gigantesques au néon, une architecture cinématographique surabondante. Les sensations de l'écran sautaient sur la rue, éparpillant leurs bonnes nouvelles dans la vie trépidante de la ville. Grâce à sa manipulation ingénieuse de la lumière et du mouvement, Rudi Feld, le chef de publicité d'Ufa, a transformé les façades de cinéma en écrans et lieux d’effets mécaniques spectaculaires. »




Les façades du cinéma changeaient de jour en jour, mais tout ce scintillement aidait également à masquer le fait que la plupart des spectateurs vivaient dans des conditions difficiles. Le contraste entre les problèmes économiques oppressifs et l'image brillante présentée au monde était en quelque sorte caractéristique des années Weimar.




Information tirée du livre: "The Ufa Story A History of Germany's Greatest Film Company, 1918-1945"  par Klaus Kreimeier, 1999.

No comments:

Post a Comment

Berlin des années 20, un jeu de rôle dans Second Life

By Jo Yardley - Own work, CC BY-SA 4.0,  https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=50383403 Le projet Berlin 1920s est une ...