dimanche 24 juin 2018

Lotte Laserstein, peintre germano-suédoise

Lotte Laserstein

Lotte Laserstein est née en 1898 dans une petite ville de la Prusse Orientale, aujourd’hui partie de la Pologne. Lorsqu'en 1927, elle fut la première femme à terminer ses études à l'Académie de Berlin, on lui avait prédit une belle carrière d'artiste. C'était sans compter sur le national-socialisme. En effet, les nazis décideront que, ses origines étant en partie juives, elle serait bannie de la vie publique.


Berlin dans les années 1920 était un endroit difficile mais passionnant. Laserstein devait peindre des cadavres pour illustrer des manuels, comme un moyen de survivre. Pendant ce temps, les femmes devenaient plus indépendantes, choisissant leur apparence plus librement, souvent avec une touche masculine. L’œuvre de Laserstein intégrait un certain nombre de sujets métropolitains, tels que les Neue Fraus (les nouvelles femmes), des joueurs de tennis, des journalistes, un motocycliste dans ses vêtements en cuir, souvent en milieu urbain.


Lotte Laserstein
Au travail dans son atelier berlinois

En 1937, l'invitation d'une galerie suédoise donna à Laserstein l'occasion de quitter l'Allemagne, maintenant sous la domination nazie, avec un certain nombre de ses peintures. Six mois plus tard, elle se marie pour obtenir la nationalité suédoise. Pour survivre, elle peint principalement des portraits commandés, mais aussi des paysages. Comme beaucoup d'autres exilés, elle souffre des conditions matérielles et psychologiques de l'exil et son travail manque de l'éclat des années berlinoises.

Elle est restée en dehors des courants d'avant-garde et son style est sobre, traditionnel et réaliste, sans le côté froid du nouvel objectivisme, ou caricatural des expressionnistes.

Après la seconde guerre mondiale, c’est la peinture abstraite qui est en vogue, et malgré une petite percée dans les pays anglo-saxons au début des années 1990, elle reste inconnue en Allemagne, son pays natal.

Lotte Laserstein est morte en 1993.
Lotte Laserstein

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pas que Dix et Grosz.

Quand on pense aux peintres de l'époque Weimar, on pense généralement à Grosz, à Dix, à Macke. Mais il y avait des myriades d...