Thursday, 27 September 2018

Margarete Buber-Neumann


La chaîne franco-allemande Arte vient de diffuser une série en 8 chapitres : « Les rêves brisés de l’entre-deux-guerres ». Elle sera disponible en replay pendant 60 jours.

On peut suivre le parcours dramatique, souvent tragique, de treize personnages, français, allemands, russes, italiens, autrichiens, britanniques. Les personnages ont vraiment existé, certains sont connus, comme le communiste Hans Beimler, le nazi Rudolf Höss (et non pas Hess), la jeune aristocrate anglaise Unity Mitford, la star du cinéma muet Pola Negri. 
 
Ce blog traite de la période 1918-1933. La série d'Arte ne s’arrête pas en 1933 mais décrit aussi les années terrifiques qui suivent la débâcle de la république de Weimar : le cauchemar hitlérien.




Margarete Buber-Neumann aurait bien mérité une place dans la série. Née Thüring à Potsdam, près de Berlin, en 1901, elle est encore adolescente au moment de la chute de l’empire allemand. Dans les années 1920, elle adhère au KPD, (Parti communiste d'Allemagne). Elle épouse Rafael Buber, fils du philosophe Martin Buber et communiste. Ils divorcent et Margarete vit ensuite avec Heinz Neumann, un des leaders du KPD.



Margarete Buber-Neumann
En 1932, Neumann s’oppose à Staline sur la stratégie à suivre vis-à-vis du parti nazi et est mis à l'écart dans le parti. Les nazis arrivés au pouvoir, le couple quitte Berlin pour Moscou, où ils encourent le même destin de tant de réfugiés allemands en URSS. En 1937, Neumann est victime des purges staliniennes. Margarete, elle, est arrêtée par la NKVD en 1938.



On peut se demander pourquoi Neumann, qui était déjà mal vu à cause de sa critique de Staline, n’a pas plutôt choisi de partir en France, où en Tchécoslovaquie, comme tant d’autres. Mais ce que nous savons aujourd’hui sur les affres du communisme stalinien n’était pas encore connu à l’époque. Des rumeurs couraient, mais ils étaient – dans les milieux de gauche – considérés comme de la propagande impérialiste.



Voilà donc Neumann disparu pour toujours dans les profondeurs de la Sibérie. En 1940, Margarete passe directement du Goulag au camp nazi de Ravensbruck : un cadeau de Staline à son nouvel ami Hitler, avec qui il venait de signer un traité de non-agression. Jamais on ne décrira assez l’infamie du régime stalinien.



Dans le camp, Margarete rencontre la journaliste Milena Jesenská, ancienne compagne de Franz Kafka, ainsi que Germaine Tillion. Elle survit et ne meurt qu’en 1989 en République Fédérale d’Allemagne. Elle est l’auteur de « Prisonnière de Staline et d'Hitler », où elle raconte ses terribles expériences.


Il me paraît difficile de trouver un destin plus dramatique que le sien, qui résume toute la histoire, souvent cauchemardesque, du vingtième siècle.

No comments:

Post a Comment

Berlin des années 20, un jeu de rôle dans Second Life

By Jo Yardley - Own work, CC BY-SA 4.0,  https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=50383403 Le projet Berlin 1920s est une ...