vendredi 28 décembre 2018

La Anhalter Bahnhof

Anhalter Bahnhof - Berlin



La Anhalter Bahnhof (gare d'Anhalt) était située à Kreuzberg, sur la Askanischer Platz, non loin de la Potsdamer Platz.
Le nom «Anhalter» dérive du duché d'Anhalt, lié à l'origine à Berlin par des trains partant de cette gare.


L'imposant bâtiment fut détruit pendant la Seconde Guerre mondiale. C'était la gare principale pour l’Autriche, la Hongrie, l’Italie, la France et la Grèce. Les trains de luxe de la Compagnie internationale des wagons-lits, tels que le Riviera-Express pour Nice, partaient de la Anhalter Bahnhof, connue sous le nom de «La porte vers le Sud».


À partir de 1928, la gare est reliée à l’hôtel Excelsior situé à proximité, par le plus long tunnel hôtelier au monde (100 m), abritant cinq boutiques souterraines.


Dans les années 1920 et 1930, la Askanischer Platz était un lieu de rencontre pour les élégants berlinois.


Dans Fabian, le roman d’Erich Kästner, le héros entre dans la station pour acheter un journal. Il envisage ensuite la possibilité d'acheter un billet pour rendre visite à sa mère (qui habitait probablement à Dresde), mais décide ensuite de prendre un tram pour rentrer chez soi.


Après 1945, bien qu’elle ait été en grande partie détruite, la gare resta en service pendant quelques années, jusqu’à ce qu’elle soit remplacée par la Gare Zoo comme gare principale de Berlin-Ouest. La Zoo Bahnhof, qui n’était pas bâtie comme terminal de grandes lignes, continua tout de même de remplir sa tâche comme porte d'entrée de Berlin-Ouest pendant des décennies, jusqu'à la réunification de la ville en 1990.

Je me souviens d'un voyage de Berlin Ouest à Berlin Est dans les années 1970, prenant le train local a la Gare Zoo et débarquant à la gare de Friedrichsstrasse, au cœur de la capitale de la RDA.


Du film de Walter Ruttmann de 1927, Berlin: Die Sinfonie der Großstadt

Anhalter Bahnhof - Berlin


Anhalter Bahnhof - Berlin
Foto: imago/Jürgen Ritter
                       

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Marianne von Werefkin

Le propriétaire de la galerie Der Sturm, Herwarth Walden, a reconnu très tôt le génie de Marianne von Werefkin.