Sunday, 27 January 2019

Il n'y avait pas que l'avant-garde à Berlin

Lederer dans son atelier. Bundesarchiv, Bild 183-2005-0827-501


Nous avons une tendance à imaginer le Berlin de Weimar comme peuplé de révolutionnaires de gauche et de droite,

et d'artistes, qui ne peignaient que des ouvriers en lutte contre des militaires arrogants et sanguinaires, ou bien des scènes de débauche avec des bourgeois et des prostituées. C’est bien le cas pour des grandes figures comme les peintres George Grosz et Otto Dix. Enfin, ils ont peint aussi d’autres sujets, mais c’est surtout leurs peintures les plus scabreuses que l’on trouve sur la toile.




Mais Berlin était tout de même une métropole de plusieurs millions d’habitants. Même si les extrémistes de tout bord y étaient nombreux, ils étaient loin de représenter une majorité. Et même si les artistes cherchaient tout le temps de nouveaux moyens de représenter une réalité qu’ils voyaient comme décadente et chaotique, il y a toujours eu à Berlin des artistes plus académiques.

Je ne pense pas aux artistes « völkisch », qui pratiquaient un art folklorique et qui s’insurgeaient contre les avant-gardes, par eux tenues pour bolcheviques et juives. Non, je pense à un artiste comme le sculpteur Hugo Lederer. Son style était classique, clairement influencé par l'art grec. Il était l'auteur de belles statues et reçut des prix prestigieux. Il était directeur de l'Académie des arts de Berlin pendant les années Weimar,


Pratiquant un art classique qui suscitait peu d’intérêt pendant ces années, ne se révoltant pas contre les écoles traditionnelles, ne cherchant pas à inventer des manières d’expression nouvelles, Lederer n’avait pas la cote parmi les férus d’art moderne, même si les commandes ne lui manquaient pas par ailleurs. Et, étant apolitique et ayant refusé de signer un manifeste pour l'art nazi en 1934, il n'était pas apprécié par les Nazis non plus.


Parmi ses disciples, beaucoup furent classés comme artistes «dégénérés» par le nouveau régime. Mais ironiquement, l'un d'entre eux, Josef Thorak, devint l'un des sculpteurs officiels du Troisième Reich.


Lederer était né dans l'empire austro-hongrois en 1871. Il mourut à Berlin en 1940.


Buste de Gustav Stresemann.
Bundesarchiv, Bild 102-08657






https://www.amazon.fr/LEXPOSITION-roman-berlinois-Jorge-Sexer/dp/197351527X
Ajouter une légende


No comments:

Post a Comment

Gunnar Lundh et ses photos de Berlin

Gunnar Herbert Lundh (1898-1960) était un photographe suédois. En 1925, il se rendit à Berlin, où il travailla à la réalisation de portr...