Thursday, 3 January 2019

La Stettiner Bahnhof

Stettiner Bahnhof Berlin


La Stettiner Bahnhof ouvrit ses portes en 1842 en tant que terminus de la ligne de chemin de fer menant à Stettin, une ville de Poméranie (aujourd'hui connue sous le nom de Szczecin, en Pologne depuis 1945).

La station reliait la capitale aux stations balnéaires de la mer Baltique, la « Riviera de la Poméranie ». Parmi elles l'île de Rügen. La gare est rapidement devenue l'une des gares les plus fréquentées de Berlin et a dû être agrandie plusieurs fois.



Lors de la construction du Mur, la station de métro située sous la Stettiner est devenue l’une des «stations fantômes» de Berlin-Est, où les trains de l’Ouest n’étaient pas autorisés à s’arrêter.



De nos jours, il y a aussi une gare dans ces lieux, mais elle s'appelle Nordbahnhof.

Si les destinations au départ de la Stettiner Bahnhof, les plages à la mode de la Baltique, étaient élégantes, le quartier de la gare ne l’était vraiment pas. Des rues comme Elsasser Strasse et Ackersstrasse étaient connues pour leurs nombreuses prostituées.



De Goldstein, un polar de Volker Kutscher:
"Cette partie de la ville, près de la Stettiner Bahnhof, était connue comme Poetenviertel (quartier des poètes), mais la seule chose poétique à son sujet était les rues, nommées d'après les grands romantiques allemands. Sinon, ni poésie ni romance. C'était un quartier ferroviaire : façades délabrées, cours arrières sombres, hôtels pas chers, la prostitution, la drogue, tout le tralala. "




« Hundegustav était un endroit de la pire réputation, près de la Stettiner Bahnhof, un quartier marginal de l’Est que certains appelaient Berlin-Congo. Chez Hundegustav défilaient jusqu'à l'aube toutes espèces de personnages asociaux. Mais aussi des bourgeois en mal de sensations fortes ; certains se les procuraient en inhalant de la cocaïne, d'autres allaient s’encanailler chez Hundegustav. Là ils pouvaient déguster une bière tout en regardant du coin de l’œil la cour de filles avec ses maquereaux, les braqueurs en train de parler métier, les voleurs à la tire, ou les africains qui causaient le slang berlinois avec un accent du Cameroun ou du Togoland, tout en admirant les danseurs de tango de foulard au cou et casquette à visière, une sorte d'apaches parisiens à la mode de Berlin-Est. »



Stettiner Bahnhof Berlin
Aschinger, la chaîne de restaurants, avait une filiale dans le quartier. 



À la côte baltique, par la Gare de Stettin


https://www.amazon.fr/LEXPOSITION-roman-berlinois-Jorge-Sexer/dp/197351527X
Un roman berlinois


No comments:

Post a Comment

La Bauhaus sur Arte

La chaîne culturelle Arte diffuse les jeudis une série allemande sur le Bauhaus, la célèbre école d'art et de design fo...