mardi 16 avril 2019

Football berlinois


Babylon-Berlin, première saison, épisode six de la série télé qui décrit de manière aussi vivante le Berlin des années Weimar. Le journaliste Samuel Katelbach propose à Gereon Rath un billet pour un match entre Hertha Berlin et Holstein Kiel au Plumpe.
"Où?", demande Gereon, qui n'est pas un berlinois puisque il vient de la Rhénanie.  "Au stade de Gesundbrunnen", explique Katelbach, un autrichien qui connaît pourtant la capitale allemande comme la poche de son manteau en loden.

Le stade
de Gesundbrunnen était situé au nord de Berlin, à 4 km du centre-ville. Il fut inauguré en 1923 et utilisé comme stade d'accueil de Hertha BSC. Il a également accueilli quelques matchs pendant les Jeux olympiques d'été de 1936. Il était populairement connu comme Plumpe, ce qui signifie "pompe à eau", probablement en raison de l'existence d'une telle pompe à proximité du stade.

Le football en Allemagne après la première guerre mondiale était très régionalisé, les meilleurs clubs jouant dans des compétitions locales avec des rivaux bien en dessous de leurs propres forces. Ces clubs ne seraient alors vraiment
mis à l’épreuve que lors de la phase finale (la Deutsche Meisterschaft). Les tentatives d’instituer une «Reichsliga» nationale, comme il en existe dans d'autres pays, ont été refusées par les puissantes associations régionales. Voilà un bel exemple de la forte structure fédérale du pays, avec des États régionaux puissants, une structure qui prévaut encore aujourd'hui.

L
a DFB (Deutscher Fußball-Bund) a été fondée en 1900. L'Arbeiter-Turn- und Sportbund (ATSB ou Fédération des gymnastes et des sports ouvriers) était une organisation active entre 1893-1933. Elle était de gauche, mais, comme cela s'est produit aussi dans la politique nationale, elle finit par se diviser en une section social-démocrate et une autre communiste. Malgré sa popularité, l'ATSB n'a jamais réussi à briser la domination des clubs «bourgeois» (ceux de la DFB). La Deutsche Meisterschaft était jouée entre des équipes appartenant à la DFB.

La Meisterschaft était une compétition à élimination directe, entre les vainqueurs et les secondes de chacune des principales ligues régionales du pays, seize équipes en tout.

Hertha
fut fondée en 1892, et elle prit son nom de celui d'un navire sur lequel l'un des jeunes hommes qui ont fondé le club venait de faire un tour. Le nom Hertha fait référence à une déesse de la fertilité dans la mythologie germanique. Le club de Berlin était la deuxième équipe la plus performante d'Allemagne pendant l'entre-deux-guerres, la première étant le FC Nürnberg. Le Hertha, l’équipe à rayures bleues et blanches, disputa la finale du championnat d'Allemagne à six reprises, en la remportant en 1930 et 1931. À part Hertha, il y avait une autre équipe importante à Berlin: le Tennis Borussia.


Hertha, German champion 1930

Holstein Kiel fut fondé en 1900. Ils ont joué trois fois la finale, la gagnant une seule fois, en 1912.

É
tant donné que Hertha jouait dans la Ligue de Brandebourg et Holstein Kiel dans celle du Nord, ils ne pouvaient se rencontrer que dans la phase à élimination directe, laquelle débutait en mai ou en juin. En 1929, l’année ou Babylon Berlin commence, Hertha a joué ses quatre matches à élimination directe en Juin, aucun d'entre eux contre Holstein Kiel. Ils ont remporté la Meisterschaft cette année-là, mais contre le FC Nürnberg. Et, à Berlin, ils ont joué ses matchs éliminatoires au Poststadion, pas chez eux à Gesundbrunnen.

Hertha et Holstein Kiel se sont
bien rencontrés, mais lors de la finale de 1930. Pas à Berlin, cependant, mais à Düsseldorf, le 22 juin. C'était un match dramatique, que Hertha a gagné 5-4, bien que Holstein ait mené la plupart du temps.

Il y avait, autant que je peux
voir, un seul match de play-off joué au Plumpe pendant ces années. C'était le 12 juillet 1928 entre le Tennis Borussia Berlin et le FC Wacker München.

Alors, on peut se demander
pour quel match Katelbach offre un billet à Gereon Rath ?
















Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Cabarets et art moderne

Tiller Girls, par Karl Hofer 1927 Les cafés, les clubs et les cabarets ont longtemps inspiré les artistes.