samedi 5 octobre 2019

Max Kaus, expressioniste tardif



Max Kaus est né à Berlin en 1891. Il décida de se consacrer à l’art et une subvention lui permit de visiter Paris au printemps 1914.
Le déclenchement de la Grand Guerre, cependant, l'a forcé à rentrer chez lui. En 1916, il se porta volontaire comme auxiliaire médical. Erich Heckel, Anton Kerschbaumer et Otto Herbig comptaient parmi les artistes qu'il avait rencontrés à la guerre. Inspiré par Heckel, Kaus a réalisé des lithographies et des gravures sur bois. Après la guerre, il fait de la peinture décorative comme gagne-pain.

Mais ce qui intéressait vraiment Max Kaus, c’était les beaux-arts et il ne tarda pas à récolter ses premiers succès: en 1919, il exposa seul à la prestigieuse galerie Ferdinand Möller. Après avoir rencontré Otto Mueller et Karl Schmidt-Rottluff à la "Free Secession" en 1920, Kaus devint membre du groupe et y exposa régulièrement.

Vers le dernier tiers des années 1920, sa phase expressionniste touche à sa fin. Au cours des années 1930, Kaus travailla principalement le paysage. À partir de 1935, il enseigne la peinture figurative à Berlin mais est de plus en plus exposé à la persécution des nazis.

En 1937, ses œuvres ont été retirées des musées et en 1938, il a dû abandonner l'enseignement. Après la seconde guerre, il a de nouveau occupé un poste d'enseignant à la Hochschule für bildende Künste à Berlin.

Max Kaus - qui appartient à la deuxième génération d’expressionnistes - est décédé à Berlin en 1977.

























Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Dajos Béla et son orchestre

Dajos Béla, directeur d'un orchestre de salon dans les années 1920 à Berlin, est né en 1897 à Kiev, d'un père juif russe et d'...