mercredi 15 janvier 2020

Assassinat politiques dans la période Weimar


 
 La série de TV Babylon Berlin peut être une bonne source d'informations sur la République de Weimar. Tout au moins elle peut stimuler à la recherche de telles informations. 
 
Lorsque Gereon Rath (épisode 5, saison 2) rend visite au journaliste autrichien Samuel Katelbach, qui enquête sur l'armée secrète allemande, Katelbach prévient le policier:

«Les gens connus sous le nom de Black Reichswehr n’ont pas de scrupules. Un millier de meurtres en cinq ans. Informateurs, journalistes, personnes disposant d'informations confidentielles. Seule une poignée de tueurs ont été traduits en justice et tous ont été acquittés. »


Je ne suis pas sûr de la période que Katelbach mentionne, 1924-1929. Je pense que le nombre de meurtres était plus élevé en 1929-1922, mais je pourrais avoir tort.


La plupart des meurtres commis pendant les premières années de la République de Weimar ont été organisés par l'Organisation Consul, une force secrète ultranationaliste. Il a été formé par des membres des ex Freikorps (organisations paramilitaires composées d'anciens soldats et officiers). Ils étaient particulièrement actifs à Berlin. Ses victimes les plus connues sont Matthias Erzberger, un politique catholique accusé d'avoir signé le traité de paix, avec des conditions très dures pour l'Allemagne vaincue, et considéré donc comme un traître, et Walter Rathenau, ministre des Affaires étrangères et brillant homme d’état allemand d'origine juive.


L'objectif de l’ Organisation Consul était la guerre contre «tous les anti-nationalistes et les internationalistes; contre la communauté juive, la social-démocratie et le radicalisme de gauche; ainsi que de fomenter des troubles internes afin d'atteindre le renversement de la constitution anti-nationaliste de Weimar »


Au moins 354 personnes ont été assassinées pour des raisons politiques, entre 1919 et 1922.

Et, comme le dit Katelbach, les coupables de ces crimes étaient rarement punis. Le meurtrier de Matthias Erzberger, Heinrich Tillessen, fut aidé à s'enfuir en Hongrie puis en Espagne. L'assassin de Rathenau, Ernst Werner Techow, fut condamné mais amnistié en 1928.

Alors, Katelbach avait raison d'avertir le détective Gereon Rath ...






Aperçu
Un roman berlinois

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Le Cabinet du Dr Caligari, 100 ans déjà ! (4)

Robert Wiene,le réalisateur Voici trois des personnalités les plus importantes derrière Dr Caligari: